Ozalid, maman graphiste indépendante et expatriée


Nouvel épisode des entretiens avec une maman! Il était temps me direz vous, et je sais que certaines les attendent avec impatience 😉
Aujourd’hui, je vous livre les réponses d’Ozalid, qui à 26 ans est maman graphiste indépendante. Sa petite boutique se trouve ici: bysego.com. Elle vit actuellement à Dubaï d’où elle nous nargue avec son beau temps insolent. Côté tribu, Ozalid a deux magnifiques enfants: Paola 3 ans et demi et Térence 1 an.

En tant que working mom, comment concilies-tu vie professionnelle et vie de famille?

Plusieurs contraintes augmentent la difficulté de l’exercice (je parle au présent parce qu’à ce jour, je n’ai toujours pas résolu l’équation !) : j’ai eu ma première fille très jeune, un mois après avoir soutenu mon mémoire de fin d’études. J’ai donc rencontré de nombreux obstacles pour trouver du travail dans un secteur d’activité qui n’allait pas très bien. Après plusieurs mois de recherches et de réflexions, je me suis décidée à changer de projet professionnel et à lancer ma propre entreprise. L’équilibre entre vie professionnelle et vie de famille était complètement établi… Jusqu’à ce que mon mari change de travail pour un poste à Londres ! J’étais ravie de le suivre, mais légèrement découragée : j’avais déposé les statuts de mon entreprise depuis quatre mois seulement.
Qu’à cela ne tienne, j’ai continué à travailler avec mes clients français depuis Londres tout en donnant naissance à un deuxième enfant.
Nouveau coup de théâtre : mon mari est muté, à Dubaï cette fois-ci… 15 mois après notre arrivée à Londres, nous déposons nos bagages sur le sol de Dubaï.
J’y continue toujours mon activité, mais les commandes se raréfient avec les 8000 km de distance qui me séparent de mes clients. Parallèlement, je recherche activement un emploi sur place et la démarche est sur le point d’aboutir ! What next ? Rio dans un mois ?


Des conseils pour les jeunes mamans qui hésitent ou s’apprêtent à reprendre leur activité?

Bien cibler ce qui motive son choix et se concentrer uniquement sur cet objectif pour se donner la force d’affronter les obstacles pas si insurmontables qui se dessinent à l’horizon.


Tu es expatriée depuis plusieurs années maintenant. Comment votre vie de famille s’adapte-t-elle au fil de vos installations?

Nous avons la chance de vivre ces expériences avec des enfants tout jeunes (presque 4 ans et 1 an) dont la capacité d’adaptation est extraordinaire. Nous vivons une relation très fusionnelle et tant que notre petite cellule familiale se porte bien, le monde peut s’effondrer autour de nous…


Des anecdotes ou des conseils pour familles rêvant de départ?

Peut-être ne pas trop idéaliser la vie en famille à l’étranger ? Je dois dire que nous sommes particulièrement heureux à Dubaï mais les inconvénients existent. On les tait souvent, de peur qu’ils ne soient pas compris.
Côté anecdotes, je pense d’abord à l’anglais que l’on parle de plus en plus à la maison. Les premiers mots de Térence sont en anglais, Paola a un accent si « british » que je lui demande de répéter ses phrases rien que pour en écouter la mélodie.C’est surprenant pour moi qui ait toujours été nulle en anglais et si loin de penser qu’un jour je vivrais ce type d’expérience.


Une figure qui t’inspire en matière de maternage? une bonne marraine?

Pour cette question, j’ai mis du temps à trouver ma réponse. C’est un patchwork de Mamans que j’admire et qui m’inspire : un peu de ma Maman, un peu de mes amies, un peu de mes cousines, un peu de mes grand-mères. Toutes les relations maternelles me paraissent belles.


Tu gères un blog familial et un blog professionnel. Comment abordes-tu chacun?

Avec la distance qui nous sépare de nos amis et de notre famille, j’accorde énormément d’importance à notre blog familial que j’actualise régulièrement. Déformation professionnelle oblige, c’est aussi un exercice de style qui m’amuse beaucoup. Un petit plaisir égoïste en somme. L’occasion aussi de prendre un certain recul sur la vie quotidienne et n’en retenir que le bonheur reçu et partagé.
Quant au blog professionnel, j’y mets beaucoup moins de passion mais je n’y accorde pas moins d’importance. Un façon d’ancrer mon travail dans la réalité du quotidien.

Publicités

À propos de amelie75

Maman au cube, je blogue mon cheminement en parentage qui a commencé à Paris et se poursuit au Québec.

3 réponses à “Ozalid, maman graphiste indépendante et expatriée

  1. Merci Amé pour cette itw!!!!!Gros bisous à toi et à Ozalid, 2 wonder moms!!!!!!

  2. Merci à toi, Sarah, pour ton gentil commentaire.On t’attend dans le camp des wonder moms 😉 😀

  3. très réaliste et posée cette jolie ozalid,merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :